Hanna Reitsch : Héros maudits du 3ème Reich – 2015

Qualité HD 1080p | FRENCH

Origine : Allemand
Date de diffusion : 2015
Durée : 51 min

Hanna Reitsch est une Prussienne née en 1912, passionnée d’aviation dès l’enfance, qui passe des brevets de pilotage de planeurs puis d’avions à moteur, obtenant ce dernier à vingt ans. Elle enchaîne alors les records de pilotage, en accumulant plus de quarante au cours de sa carrière. En dresser la liste serait trop long ; ses exploits alimentent la propagande du régime nazi qui vient d’accéder au pouvoir en 1933 et cherche à susciter la sympathie autour de valeurs d’héroïsme et de courage aryen. Car il en faut du courage pour devenir la seconde femme capitaine aviateur, intégrant en 1937, à 25 ans, le centre d’essais en vol de la Luftwaffe, l’armée de l’air allemande. Elle est parmi les pilotes qui testent les fameux Stukas, aux piqués vertigineux, mais encore des chasseurs bombardiers, continuant de pulvériser pour son plaisir personnel des records de distance ou de vols en planeur, comme par exemple être la première femme à survoler les Alpes en planeur.
Elle est aussi la première femme à piloter , en public, le premier hélicoptère construit au monde, le Focke-Wulf Fw61, devenant une héroïne qui se prête volontiers au jeu de la propagande nazie, adhérant aux valeurs du national-socialisme.
Arrive la Seconde guerre mondiale. Hanna Reitsch multiplie les essais de nouveaux avions comme le Dornier DO 17, l’Heinke HE 111 ou le planeur destiné au transport de troupes. Plus tard, elle vole sur le Messerschmitt ME 163 Komet, le premier avion fusée au monde dont il sera adapté le missile V1. Gravement blessée lors d’un essai, elle est la seule femme à recevoir de toute la guerre, la Croix de fer de 1ère classe. Elle n’en poursuit pas moins les essais, son fanatisme nazi la conduisant à tenter de mettre sur pied à compter de 1943 des escadrilles de kamikazes utilisant des Messerschmitt ME 328 et le Dornier Do 217. Ses derniers essais furent occupés à tester une version pilotée de la fusée V1.

Cependant,Hanna Reitsch, l’héroïne nazie commençait à douter. Elle eut vent en octobre 1944, de l’utilisation de chambres à gaz pour exterminer les Juifs. Elle demanda à voir Himmler, le Reichsführer-SS qui la reçut et la rassura. Tout cela n’était que calomnie orchestrée par l’ennemi. La fin approche. Notre héroïne nazie accomplit une dernière mission périlleuse. Elle transporte par avion, le 26 avril 1945, le général Robert von Griem au bunker d’Hitler, quatre jours donc avant le suicide de ce dernier, pour tenter de le convaincre de quitter Berlin, ce que le Führer refuse, profitant de l’occasion pour nommer von Griem à la tête d’une Luftwaffe en pleine déliquescence, à la place du compagnon des premiers jours, le maréchal Goering qui l’a trahi en tentant de rejoindre les lignes américaines pour aller négocier une reddition auprès des seuls occidentaux. En cadeau d’adieu, Hitler donna à Hanna Reitsch une capsule de cyanure dans l’hypothèse où elle n’arriverait pas à fuir Berlin, et au cas où elle tomberait aux mains des Soviétiques, n’étant pas compliqué d’imaginer quel sort lui serait alors réservé. La chance sourit à Hanna, elle réussit à fuir Berlin pour se retrouver prisonnière des américains qui la maintinrent dix-huit mois en prison avant de la libérer, libre de charges pourtant accablantes dans ses effusions complices avec le régime nazi, ses implications dans le développement d’armes de terreur sans oublier son fol projet d’escadrons de kamikazes.
Après avoir manifesté de vagues et tardifs remords après avoir visionné des documentaires américains sur les camps d’extermination, elle qui avait été l’héroïne de nombreux documentaires ou films réalisés par un maître de la propagande nazie, Karl Ritter, elle poursuivit sa carrière d’aviatrice, gagnant des médailles à des concours de planeurs, reprenant une place de pilote d’essai en vol dans un institut de recherche aéronautique nouvellement inauguré à Darmstadt. Elle continua de fréquenter ce Ritter qui ne renia jamais sa carrière de réalisateur propagandiste nazi.

Sa célébrité confortée mondialement par la parution de mémoires, Aventures en plein ciel, valut à Hanna d’être invitée à la Maison blanche par les Kennedy au début des année soixante, par Nehru en Inde pour créer une école de planeurs, ou encore d’aller en Afrique, dans le Ghana nouvellement indépendant, pour créer là encore une école de pilotage ; elle y vécut plusieurs années avant de décéder en Allemagne en 1979, ayant atteint l’âge de 67 ans.

ok